Pourquoi vous n’avez pas forcément besoin d’une application mobile

18 octobre 2014
Avez-vous vraiment besoin d'une application mobile ?

J’ai travaillé pendant plusieurs années en agence de communication. Lorsque Apple a lancé son système d’applications, cela a véritablement été une révolution. Pour l’utilisateur évidemment, qui a vu son téléphone se transformer, enfin, en smartphone, mais aussi pour l’écosystème des agences. Devant nos yeux s’est créé un nouveau marché, avec la possibilité de générer de nouveaux revenus… un peu trop facilement.

 

Je me souviendrais toujours de ce moment, où notre commerciale avait essayé de convaincre un restaurateur « qu’avoir une application iPhone était important pour son business ». Cela m’avait mis dans une fureur toute particulière. Comment, dans une agence de communication, où l’on est censé comprendre les objectifs du client et bien le conseiller, peut-on orienter son interlocuteur vers quelque chose d’aussi absurde ? Comment est-il possible de connaitre aussi peu son métier et de pourtant l’exercer sans l’ombre d’un doute ? La réponse est finalement assez simple. Les agences de comm, dans leur majorité, n’ont pas vraiment pour objectif de bien vous guider, mais ont simplement pour but de gagner de l’argent. Toujours plus. Et si cela se fait au détriment de la logique et de la satisfaction des clients, peu importe. Il faut bien payer les charges, les impôts, les locaux et les voitures de fonction allemandes.

La croissance importante de l’utilisation des appareils mobiles n’est pas une raison suffisante pour une entreprise de se positionner sur ce marché sans réfléchir. Votre entreprise évolue dans un contexte. Ce dernier est unique, au même titre que votre entreprise. Il faut analyser cela avec précision, avant de décider s’il est pertinent ou non de se présenter sur tel ou tel support de communication. Parce que « c’est la mode », beaucoup d’entreprises, dans des domaines particulièrement variés, veulent absolument leur application iPhone. Elles veulent que leurs clients puissent les trouver sur l’AppStore. Pourtant, dans au moins 50 % des cas, c’est une erreur. Et ça, ce n’est pas le commercial véreux qui va vous le dire.

Il faut bien saisir une chose : le réflexe de parcourir l’AppStore ou le Google Play pour y chercher une application n’a absolument rien à voir avec l’ouverture du navigateur Internet. Les smartphones sont utilisés différemment de l’ordinateur, mais aussi des tablettes. Chaque support a ses points forts et ses points faibles, et ceux-ci influencent leurs usages. Dans le cas des smartphones, il faut savoir que l’utilisation des applications n’apparait qu’en 4ème position des usages réguliers, selon des statistiques fournies par Google. La photo et la vidéo est en première position, juste devant le surf et la consultation des emails. Autre donnée intéressante : en moyenne, un possesseur de smartphone possède 32,2 applications. Il n’en utilise régulièrement que 12, et n’en a acheté que 3,5.

Pour exister, être téléchargée et être utilisée, une application mobile doit utiliser les caractéristiques de son appareil et doit proposer une valeur ajoutée à l’utilisateur. Si vous êtes restaurateur et que vous pensez qu’il vous faut une application mobile, vous feriez mieux de vous placer dans la peau d’un de vos clients. Pourquoi iriez-vous télécharger une telle application ?

  • Pour consulter la carte du restaurant ? Aucun intérêt, puisqu’elle est déjà sur votre site web, accessible bien plus rapidement, sans télécharger une application d’au moins 20 Mo qui prend de la place sur le téléphone.
  • Pour savoir où le restaurant se situe ou avoir votre numéro de téléphone ? Aucun intérêt, puisque votre restaurant est déjà sur Google Maps, Pages Jaunes, et toutes les autres applications du genre. S’il n’y est pas, c’est que vous avez un sérieux problème.
  • Pour voir des photos ou connaitre les suggestions du moment ? Aucun intérêt, un site web et une page Facebook permettent de consulter ça bien plus rapidement.

En fait, plutôt que de penser « application mobile », il faut penser « présence sur le mobile ». Oui, les smartphones et les tablettes sont devenus incontournables et plus d’un quart du trafic web mondial provient de ces appareils. Il faut donc simplement bien se positionner sur ces supports. Une marque ou une entreprise a 3 façons de se lancer sur le mobile :

  • Une application mobile
  • Un site web, dont l’affichage est optimisé pour les téléphones et les tablettes
  • Les deux

Par exemple, Facebook, 20minutes, Air France ou encore Ebay possèdent à la fois une application mobile et un site optimisé mobile, car cela est pertinent dans leur stratégie. Mais bien souvent, pour les petites structures, avoir un site web en responsive design, c’est-à-dire qui s’adapte parfaitement aux smartphones et tablettes, est infiniment moins coûteux et plus intelligent. Notez qu’il n’y a toutefois pas de règles strictes pour choisir la meilleure solution, mais seulement du bon sens…

Et si ce bon sens vous amène à vous positionner sur mobile via une application, il faudra alors à tout prix penser à une chose primordiale, que bon nombre de sociétés oublie : la promotion de l’application ! Avec plus de 1,3 millions d’applications sur l’AppStore et plus de 1,5 millions sur Google Play, vous pouvez être sûr que votre application va sombrer dans les eaux profondes et que peu de personnes vont la télécharger. De même, une application doit vivre et évoluer. Les systèmes d’exploitation des smartphones sont régulièrement mis à jour, et cela impacte le fonctionnement des applications, qui nécessitent généralement un coup de peinture histoire de tourner correctement… Sans quoi, les utilisateurs désinstalleront illico votre application.

Je pourrais continuer à disserter pendant encore très longtemps, mais je pense que vous avez saisi le message. Ne suivez pas cette tendance de l’application mobile aveuglement. Posez-vous les bonnes questions et avant toute chose, veillez à ce que l’affichage de votre site web soit parfait aussi bien sur un ordinateur que sur un téléphone ou une tablette.